Loyers en baisse en 201712/03/2018  



Selon la dernière note de conjoncture de l'observatoire CLAMEUR, l'année 2017 s'est terminée par une légère baisse des loyers : - 0,1 % en moyenne. Les loyers des studios et "1 pièce" affichent néanmoins une progression de 0,4 %. Dans plus d'un tiers des villes de plus de 150 000 habitants, les loyers ont baissé en 2017 (- 3,8 % au Havre, - 3,7 % à Rennes) et dans 40 % supplémentaires, ils ont progressé moins vite que l'inflation. Les hausses sont supérieures à l'inflation à Nice (+ 2,4 %, 16,4 €/m2), Lyon (+ 2,3 %, 13,1 €), Montpellier (+ 2 %, 14 €), Nîmes (+ 2 %, 10,6 €) et Lille (+ 1,4 %, 13,9 €). Depuis le décrochage de 2007, les loyers évoluent moins rapidement que l'inflation (+ 1 % par an en moyenne vs + 1,2 %). La tendance se confirme au début de l'année 2018 : pour les deux premiers mois, l'Observatoire constate en effet un rythme annuel de progression de 0,8 %, tandis que l'inflation est de 1,3 %.


 Autres articles sur le même sujet :
La hausse des loyers reste modérée

L'évolution des loyers reste contenue à fin février 2017, selon la dernière note de conjoncture de l'observatoire des loyers CLAMEUR, avec toutefois des disparités selon la taille des logements.

Loyers en baisse dans les grandes villes

Selon l’Observatoire Clameur, les loyers baissent depuis le début de l’année 2015 dans la majorité des grandes villes de France.

Le marché locatif en 2015

Selon l’Observatoire LocService 2016, qui analyse le marché locatif français, globalement, en 2015, la surface moyenne des logements loués en France correspondait à 47 m² pour un loyer moyen de 624 € par mois, charges comprises. Soit 10 € de plus qu’en 2014.

Loyers en baisse à Paris

Selon l'enquête annuelle de l'Observatoire des loyers de la capitale, la hausse de loyer à la relocation a été, en moyenne, de 1,2%. Elle reste néanmoins trois fois supérieure au chiffre de l'ensemble de l'agglomération.

L’encadrement fait baisser les loyers

30% des nouveaux locataires ayant emménagé à Paris en 2015 ont bénéficié d'une baisse de loyer, grâce à l'encadrement des loyers instauré à partir du 1er août, selon l'enquête annuelle de l'Observatoire des loyers de l'agglomération parisienne (Olap).

Quelle hausse pour les loyers "loi de 1948" ?

Les loyers des baux soumis à la loi de 1948 peuvent, sous certaines conditions, être modifiés et augmentés selon des barèmes fixés chaque année par décret. Cette année la hausse est plafonnée à 0.06%.